Stavroguine is a user on mastodon.social. You can follow them or interact with them if you have an account anywhere in the fediverse. If you don't, you can sign up here.

Stavroguine @Stavroguine@mastodon.social

Stavroguine boosted

"On parle de convergence des luttes, mais que faisons-nous à la CGT pour la construire ?"
Syndicats, la base se reb… twitter.com/i/web/status/10095

A lonely drug is in my veins
Blood stained indecision
Holiness is burned away
Midnight, midnight calling
Color me insane

(Mark Lanegan, Nocturne)

youtube.com/watch?v=yXdwuqB7pD

Malgré ma profonde misanthropie (oui, vous pouvez tous crever et moi avec), j'ai commencé à m'intéresser suffisamment à un projet militant pour me retrouver dans la boucle des échanges et réflexions sur ledit projet.

Personne n'est vraiment d'accord sur ce qu'il faut faire car c'est un sujet très compliqué.

Surtout, à la louche, 60% des mails sont dédiés à discuter des mérites ou pas de l'écriture inclusive.

Je crois qu'on n'est pas près de régler les problèmes de fond.

On va finir par découvrir que le nouveau monde a encore plus le melon que Mitterrand et Sarkozy réunis

Juste pour information, Sifaoui vient de traiter un autre type de bouffon.

Non, rien.

Bon sang, c'est beau:

Sifaoui et El-Kathmi qui se foutent sur la gueule.

On dirait un concours de qui a la plus grosse chez les islamophobes.

twitter.com/Amk84000/status/10

Il s'abîmait dans ses souvenirs, revoyait ces femmes qu'il avait laissé partir, ces lieux qu'il avait quittés, ces erreurs qu'il avait commises.

Et il se demandait ce qu'aurait été sa vie s'il les avait retenues, s'il était resté, s'il n'avait pas été médiocre.

Il imaginait ces autres possibles, les déployait en pensée dans leurs plus hypothétiques détails.

Enfin, il ne sut plus ni laquelle ni combien de ces vies il avait vécues, s'il avait vécu, s'il vivait.

(le samedi)

Retracer ses pas est assez pénible.

Voir les spectres de tous ces futurs qu'on n'a pas réalisés rend le présent qu'on a choisi assez fantômatique.

La polémique du jour sur Médine est un cas d'école :
- deux visuels qui n'ont rien à voir (séparés de 13 ans)
- des citations isolées (seulement trois ou quatre alors que le type a sorti quatre ou cinq albums)

Et petit à petit, les politiques de tous bords se sentent obligés de réagir à une polémique lancée par le printemps républicain et un contributeur de fdesouche.

Et évidemment sans prendre le temps à aucun moment de s'interroger sur la fiabilité de ce qui circule sur twitter.

Misère

je découvre que Les Belles tapisseries autogérées dénomment le projet d'université expérimentale "la fac autogérée du zbeul" et les profs des vaillants.e.s enseignant.e.s en zbeulogie.

Ça donne autant envie d'y enseigner que d'y étudier.

Bon, ce monde m'emmerde.

Je veux revivre dans des romans, des films, des chansons, des mangas, que chaque moment exprime une émotion ou de la poésie.

Quand j'aurai lu, écouté ou vu tout ce que je peux lire, écouter et voir, brûlez mon cadavre

Je vous ai déjà parlé de cette pétition pour construire nos propres facs.

Ils ont un terrain et cherchent maintenant à construire une proposition de cours.

Je ne sais pas comment cela fonctionnera, mais pour proposer un cours:
rogueesr.fr/enseigner/

Cours proposés:
rogueesr.fr/enseignants/

L'émancipation passant probablement par quelques geekeries, je suis sûr que certains d'entre vous ont des choses à proposer. Ce sera probablement plus utile que ce que j'ai pour ma part à offrir.

J'apprends avec stupeur qu'on n'a pas le droit d'euthanasier les Kévin.

Où va le monde ?

Philippe Val aux côtés du penseur Bernard Mabille et de l'historien Georges Bensoussan dans Causeur.

On a dit beaucoup de mal de ce monsieur. Il faut du courage pour oser se compromettre à ce point. Ou de la bêtise crasse matinée d'arrogance

L'homme qui tua Don Quichotte

c'est du Terry Gilliam pur jus : foutraque, parfois un peu faible sur le plan scénario, avec des baisses de rythme, mais c'est inventif et on ne peut pas vraiment ne pas aimer un tel film, finalement assez mélancolique.

On a aussi du mal à ne pas regretter sa jeunesse et à ne pas vouloir remonter sur Rossinante. Car on ne devrait jamais mettre pied à terre.

Plus je passe du temps à écrire dans le domaine des sciences humaines, plus j'ai l'impression que c'est inutile.

Rien de ce que je pourrai jamais écrire n'aura autant de force ou de capacité à mouvoir quelqu'un qu'un roman à peu près sincère ou de bonnes paroles de chanson.

Il faut dire aussi que l'histoire de l'art n'est pas non plus la science humaine la plus susceptible de transformer les hommes et les sociétés.

Bonjour,

je déteste les pétitions et n'en avais pas signées depuis des années, mais celle-là me semble plus importante et utile que d'autres, ne serait-ce que parce qu'il s'agit moins de réclamer quelque chose que de compter ses forces pour essayer de faire ce que l'Etat s'échine à défaire : éduquer, s'éduquer, essayer d'être moins con à la fin de la journée et donner la possibilité au maximum de monde d'en faire autant.

nosfacsnoschantiers.org/

blogs.mediapart.fr/les-invites

Stavroguine boosted

RT @Koukin_bis@birdsite.link
Toujours dans Le Monde d'hier, sur Parcoursup.
"Je n'ai pas eu de problème, alors le problème n'existe pas".
Je vais pas en rajouter plus ou je ne retiendrai pas l'insulte.

twitter.com/Koukin_bis/status/

Une connaissance de 60 printemps a le corps en miettes à cause de ses précédents emplois. Elle a donc changé en partie de poste et cherché quelque chose de moins dur. Elle se retrouve à devoir aller bosser loin de chez elle et loge en tente toute la semaine. Elle m'a fait part de son bonheur parce que son entreprise, à la fibre sociale évidente, va lui louer un mobil-home...

J'ai envie de crever un premier de cordée, de le tanner et d'en faire un auvent pour ledit mobil-home