Hier, coup d'État policier en Bolivie. Une dictature se met en place, avec persécution politique et couverture médiatique unilatérale (les médias neutres ou de gauche ne peuvent plus transmettre).
Le peuple ("des hordes de vandales" selon la TV et la presse) est sorti dans la rue et la ce soir sera crucial.

Il est urgent que la France dénonce la coup d'État et accueille les bolivien.ne.s persécuté.e.s à l'ambassade.

@severo_bo Les origines historiques du racisme en Bolivie, via les oustachis croates installés après la 2de guerre mondiale, expliquées par le colombien Gustavo Petro (même si c'est qd mm un peu plus compliqué) twitter.com/petrogustavo/statu

@severo_bo Carlos Mesa, 2e de l'élection, cherche à légitimer le coup d'État en le présentant comme un changement conforme à la Constitution. Soyons clair : ça a été un coup d'État, aucun doute là dessus. Hier les ministres, députés, gouverneurs, etc. ont démissionné en chaîne après que leur familles ont été prises en otage et que leurs maisons ont été brûlées. Techniques mafieuses inhumaines.

@severo_bo @severo_bo L'autre leader du "comité civique pro Santa Cruz" qui a dirigé le coup d'État, Luis Fernando Camacho, déclare que tous les membres du MAS seront arrêtés et jugés (pour quoi ?), et qu'il ne s'agit pas de vengeance, mais d'appliquer... la justice divine ! Bolsonaro fait petit joueur à côté de ce fou furieux.

Sign in to participate in the conversation
Mastodon

Server run by the main developers of the project 🐘 It is not focused on any particular niche interest - everyone is welcome as long as you follow our code of conduct!