Follow

Sur les 14 de Nantes jetés à l'eau par les flics, notons que la com' du pouvoir est toujours la même :

- Les réseaux militants relaient une info
- Le préfet nie
- Les réseaux militants persistent et qq médias d'investigation commencent à reprendre
- Le préfet minimise
- D'autres médias nationaux reprennent
- Le préfet déclare qu'une enquête est ouverte / rejette la faute sur d'autres
- Si c'est vraiment chaud, ça remonte au niveau du gouvernement qui noiera le poisson (IGPN, com bidon)

"La préfecture renvoie la responsabilité de l’organisation de la Fête de la musique sur la ville. Laquelle fait valoir que les murs de sons n’étaient pas autorisés dans le périmètre qu’elle avait défini : « Là où elle était déployée, la free party relevait du ressort de l’Etat. »"

L'indécence de se renvoyer la responsabilité alors qu'un môme est peut-être au fond de l'eau...

Un appel à témoins circule sur différents réseaux pour retrouver les personnes jetées à la Loire, afin de déposer une plainte (toute symbolique...)

Steve de son côté reste introuvable.

Un des comptes qui le relaie : twitter.com/AssoFreeform/statu

« J’avais le visage et les yeux qui me brûlaient à cause du gaz lacrymogène. Dans la fumée, on ne voyait pas à un mètre. À un moment, j’ai mis le pied dans le vide et je suis tombé dans l’eau. J’ai sorti la tête de l’eau assez vite. J’ai regardé autour de moi pour trouver quelque chose pour m’accrocher. J’ai vu deux cordes en V mais avec le courant je n’ai pas pu les atteindre. Je me suis laissé porter par le courant sur qq mètres et j’ai pu attraper une autre corde. »

m.presseocean.fr/actualite/nan

« En tout, j’ai dû rester accroché entre 5 et 15 minutes. Je ne sais pas trop. Ça semble long. J’ai entendu quelques personnes tomber dans l’eau, dont un homme qui passait à un mètre de moi en appelant à l’aide. Je ne l’ai appris que plus tard, mais il s’était luxé une épaule. J’ai tendu le bras, je l’ai attrapé par le col et je l’ai ramené vers la corde. Et on a attendu. Il y avait deux autres personnes un peu plus loin. Il y en a un qui criait que quelqu’un se noyait. »

« Jamais de la vie un policier ne partirait des lieux s’il sait qu’il y a encore quelqu’un dans l’eau », assure Benoît Barret, secrétaire national pour la section province d’Alliance.

Un pompier, sous couvert d’anonymat « Pour nous, il y a toujours eu suspicion d’une personne manquant à l’appel. »

lemonde.fr/societe/article/201

L'état recrute des flics à tour de bras. Cet été les pompiers seront en grève car en sous effectifs chroniques.

@bfluzin Il manque la fin de la citation du policier: « Jamais de la vie un policier ne partirait des lieux s’il sait qu’il y a encore quelqu’un dans l’eau ENCORE VIVANT ET QUI POURRAIT LE DENONCER »

@bfluzin Ça rappelle en effet la com' du pouvoir (et la lenteur des réactions) quand Rémi Fraisse a été tué.

Sign in to participate in the conversation
Mastodon

Server run by the main developers of the project 🐘 It is not focused on any particular niche interest - everyone is welcome as long as you follow our code of conduct!