Comme pas mal de monde, je m’interroge depuis plusieurs jours sur ce qu’il serait utile de faire pour soutenir activement les milliers de demandeurs d’asile piégés et attaqués par la police à la frontière entre la Grèce et la Turquie. J’ai pris contact à ce sujet avec Keerfa, la Coalition grecque contre le racisme et la menace fasciste, qui organise la résistance sur place. Voici ce qu'ils m'ont répondu. [Thread]

1. « Pour nous, toute action menée dans d’autres pays d’Europe pour réclamer l’ouverture immédiate des frontières européennes est extrêmement important, comme les manifestations récentes à Berlin et à Vienne. »

2. « Nous organisons une journée internationale d’action le 21 mars prochain dans une trentaine de pays, en Europe et dans le reste du monde. » La Marche des solidarités prévue à Paris ce jour-là s’intègre à cette initiative.

3. « Nous organisons également des actions de solidarité sur les îles et sur la frontière grecquo-turque. Le 15 mars aura lieu par exemple une manifestation à Alexandroúpolis, au Nord-Est de la Grèce, à proximité de la frontière. » Tout individu ou collectif qui aurait la possibilité de s’y rendre sera chaleureusement le bienvenu.

« Les conditions pour se mobiliser sur la frontière sont évidemment difficiles, d’autant que le gouvernement grec a lancé une campagne nationaliste pour “défendre la patrie et les frontières contre l’invasion des réfugiés envoyés par Erdogan”, avec le soutien hélas du leader de Syriza, Alexis Tsipras, qui provoque la colère d’une partie de sa base, en particulier les jeunes. Il est très important pour nous que des délégations étrangères et des journalistes nous rejoignent. »

4. Nous avons besoin aussi de soutien financier en vue de continuer nos actions. Nous affrétons par exemple des bus pour permettre aux réfugiés présents dans le pays de venir à nos manifs. Nous devons également faire face aux menaces de mort et aux agressions perpétrées par les groupes fascistes, y compris sur Internet, où notre site fait l’objet de cyber-attaques redoutables. »

PS : Alexis Tsipras qui soutient la fermeture militarisée de la frontière gréco-turque, c'est tout de même d'une exceptionnelle crapulerie. Le signe aussi qu'il n'y a pas que la gauche française qui soit aux fraises sur la question des frontières et des violences d'État qui s'y exercent.
greece.greekreporter.com/2020/

Follow

@oliviercyran putain Tsipras/ la gauche quel naufrage

· · Tootle for Mastodon · 0 · 0 · 0
Sign in to participate in the conversation
Mastodon

The original server operated by the Mastodon gGmbH non-profit